Les anciens du village de Suraj, dans l'État indien du Gujarat, ont décidé d'interdire aux femmes qui ne sont pas mariées l'utilisation des téléphones portables, rapporte un article du"dien.
Quand elles sont avec vous êtes à la recherche d'un femme toretto leurs familles, elles agissent correctement et restent tranquilles parce qu'elles craignent leurs parents.
Inde interdit l'usage des téléphones portables aux femmes non mariées.
Et, de toute façon, une culture qui ne protège pas les droits de ses femmes mérite-t-elle d'être protégée?Souvent décriés, les khap panchayats sont craints pour les châtiments qu'ils infligent, parfois extrêmement cruels.Ces questions aux célibataires sont devenues habituelles lors des entrevues afin d'obtenir un logement.Mais, quand elles sont seules, elles ont des libertés et portent des vêtements inappropriés.Un reportage de, thomas Gerbet, correspondant en Inde, «avez-vous un fiancé?».
Certains propriétaires se justifient en disant qu'ils veulent protéger la culture indienne, qui, selon eux, ne cadre pas avec des filles qui sortent boire des verres et rentrent seul les hommes adventistes tard le soir.
Les jeunes femmes ne sont pas avisées.
Une mesure qui apparaît pourtant contradictoire avec le vaste plan "Inde numérique" lancé par le Premier ministre Narendra Modi, natif de ce village.
À lire aussi : En Inde, des scooters taxis conduits par des femmes pour les femmes.
Ce n'est pas non plus la première fois qu'un village.Ritu Bhatia a eu, elle aussi, à subir des questions comme : «Qui va payer le loyer?» La célibataire de 38 ans, qui gagne sa vie comme auteure, a passé des dizaines d'entrevues avant qu'un propriétaire l'accepte.Cela va les inciter à se demander s'ils se montrent justes avec leurs fils et leurs filles a-t-il ajouté.En 2010, le village de Lank, craignant que de jeunes amants n'arrangent des mariages interdits en douce ou planifient plan cul saint lo leur fuite, avait adopté la même mesure.Enfin le conseil de village a également pris la décision d'intégrer une femme en son sein.



"C'est une décision très importante qui pourrait être également un tournant pour d'autres khaps a dit Anand Kumar, sociologue, à l'AFP.
Je n'aime pas leur nourriture.
Ils me mettaient mal à l'dhi, célibataire de Mumbai.

[L_RANDNUM-10-999]